Comment se débarrasser des pucerons naturellement : Identifier et contrôler les dégâts causés par les pucerons sur les plantes

 Comment se débarrasser des pucerons naturellement : Identifier et contrôler les dégâts causés par les pucerons sur les plantes

Timothy Walker

Les pucerons, également appelés mouches noires ou mouches vertes, sont de petits insectes de la superfamille des Aphidoidea qu'il faut éliminer naturellement lorsqu'ils colonisent vos plantes et en sucent la sève.

Il existe au moins 5 000 espèces de pucerons dans le monde. Les pucerons sont l'un des problèmes les plus courants pour les plantes de jardin et même les plantes d'intérieur dans le monde entier.

Ils passent souvent inaperçus car ils sont de couleurs différentes, mais tous très petits. Les pucerons peuvent causer des problèmes de santé aux plantes, c'est pourquoi vous devez agir rapidement dès que vous les voyez.

Se débarrasser des pucerons est assez simple mais parfois laborieux. Il existe de nombreuses méthodes pour contrôler ou tuer les pucerons de manière naturelle. Vous pouvez vous débarrasser des pucerons une fois qu'ils sont là ou les prévenir à l'avance. Toutes les méthodes se répartissent en 5 catégories principales :

Principalement pour les éliminer :

  • Élimination des pucerons à la main
  • Utiliser la pression pour repousser les pucerons de la plante
  • Utiliser des sprays naturels

Principalement, vous les prévenez en utilisant des prédateurs de pucerons ou en cultivant des plantes pour lutter contre les pucerons.

Tout d'abord, vous devrez les identifier et connaître les principales caractéristiques de ces petits animaux. Ensuite, nous passerons en revue toutes les méthodes naturelles que vous pouvez utiliser pour vous débarrasser des pucerons en détail et nous verrons même les avantages et les inconvénients de chacune d'entre elles.

Voici donc nos meilleurs conseils pour identifier et traiter les pucerons sur vos plantes potagères.

À quoi ressemblent les pucerons ?

Les pucerons sont un grand nombre de très petits insectes ayant des caractéristiques communes. Leur taille est comprise entre 2 et 4 millimètres (1/16 à 1/8 de pouce) et c'est la raison pour laquelle nous ne parvenons pas toujours à les repérer. Ils ont des pattes longues et fines et un corps à l'aspect mou de forme grossièrement ovale. La forme exacte peut varier selon les espèces, mais elle est toujours conjointe et oblongue.

En gros, elles n'ont pas de parties du corps divisées, comme les fourmis, les guêpes et les abeilles. Si vous les regardez de près, elles ressemblent un peu à des sauterelles dodues.

Ils peuvent être de différentes couleurs, jaune, blanc, rouge, vert, brun, noir, orange... En fait, parmi les 5 000 espèces, on trouve toutes les couleurs de l'arc-en-ciel et même des pucerons laineux. Ces derniers ont la particularité d'être poilus et de ressembler à des peluches sur vos plantes.

Ils vivent en groupes (colonies) et se reproduisent très rapidement. Une femelle peut donner naissance à environ 12 pucerons par jour en pondant des œufs.

Cependant, certains peuvent donner naissance à un nouveau puceron toutes les 20 minutes !

Cela signifie que la colonie peut se développer très rapidement... Mais... Ils n'ont même pas besoin de pondre des œufs ! Non, les pucerons peuvent se reproduire de manière a-sexuée.

Ils peuvent éjecter de leur dos une petite nymphe entièrement formée, qui est littéralement un clone du puceron... Ils se clonent eux-mêmes !

Que mangent les pucerons ?

Les pucerons aspirent la sève des plantes grâce à leur trompe, un long "organe buccal" à l'extrémité percée qu'ils enfouissent sous l'épiderme (la "peau") des feuilles et des jeunes tiges.

La sève est une solution d'eau et de nutriments que les plantes transportent le long de leur corps dans des tubes (comme nos veines) appelés phloème. Elle existe également dans un autre tissu, les cellules du xylème, mais dans tous les cas, elle se trouve "sous la peau" de la plante.

Cela signifie évidemment que la plante dispose de moins d'énergie et de nourriture pour elle-même.

D'où viennent les pucerons ?

Les pucerons sont originaires de tous les continents, trois espèces ont même été identifiées en Antarctique, mais ils sont plus fréquents dans les régions tempérées. Mais comment parviennent-ils à vos plantes ?

La réponse est simple, les pucerons se déplacent simplement de plante en plante. Ils viennent donc d'une plante voisine. Très souvent, ils sucent la sève des plantes jusqu'à ce qu'elles s'affaiblissent puis s'en vont.

Voir également: 12 variétés de Cassia pour agrémenter votre jardin de leurs fleurs, de leur feuillage et de leurs gousses

C'est tout simplement parce que la plante affaiblie ne peut plus les nourrir et qu'ils préfèrent une plante fraîche et forte.

Comment les pucerons se développent-ils et se propagent-ils ?

Au cours de leur cycle de vie, elles perdent leur peau plusieurs fois avant de devenir adultes. Dès l'éclosion de l'œuf ou le clonage de la nymphe, celle-ci commence à se nourrir de la sève de la plante, à l'aide d'un long organe appelé trompe pour percer la feuille ou la tige et trouver la sève dont elle a besoin.

Mais il y a une petite complication... Les pucerons digèrent la sève et excrètent du miellat, une substance sucrée qui sort sous forme de gouttes liquides de leur dos...

Pourquoi est-ce un problème ?

Car de nombreux insectes en raffolent et notamment les fourmis...

Les fourmis sont très intelligentes et organisées, et elles traitent littéralement les pucerons comme du bétail : elles les protègent, les gardent en "troupeaux" et collectent le miellat.

Les fourmis ont donc tout intérêt à maintenir la population de pucerons à un niveau élevé.

Quels dommages les pucerons causent-ils aux plantes ?

Les pucerons peuvent causer de graves dommages à vos plantes, mais ils sont rarement mortels. Seules les jeunes plantes déjà affaiblies ou malades mourront à cause des pucerons. Une plante adulte en bonne santé résistera généralement à l'infestation, mais pas sans dommages. En fait.. :

  • Les pucerons peuvent transporter des virus provenant d'autres plantes, ce qui signifie qu'une infestation de pucerons est souvent suivie d'autres maladies, parfois plus graves.
  • Les pucerons affaiblissent la plante en suçant sa sève. La plante perd de sa vitalité, ralentit sa croissance et présente tous les symptômes d'une plante stressée et fatiguée.
  • Les pucerons peuvent affaiblir le système immunitaire des plantes, ce qui signifie qu'elles auront moins de ressources pour lutter contre d'autres maladies.
  • Les pucerons peuvent entraîner des déformations, comme des feuilles difformes, des fleurs tombantes, etc. En effet, en suçant la sève, ils affaiblissent le tissu même de la plante.
  • Les pucerons peuvent réduire considérablement la production agricole. Il existe 400 espèces de pucerons qui s'attaquent aux cultures vivrières. Ils n'aiment pas tous les plantes à fleurs. Si vous n'agissez pas rapidement, ils endommageront le rendement. Les pois, les haricots, les courgettes, etc. peuvent tous être infestés par des pucerons.

Vous avez donc plusieurs raisons valables de vous débarrasser des pucerons, mais avant tout, voyons comment les identifier.

Comment savoir si vous avez un problème de pucerons dans votre jardin ?

Avant de prendre des mesures pour se débarrasser des pucerons, il est nécessaire d'identifier les dégâts qu'ils causent sur les plantes :

  • Contrôlez régulièrement vos plantes, en particulier les espèces sensibles, surtout pendant les mois chauds.
  • Regardez les parties les plus tendres de la plante. Les pucerons se concentrent sur les tissus nouveaux et jeunes, qui sont plus tendres et plus faciles à percer. C'est pourquoi, dans les roses, ils se concentrent sous la fleur...
  • Utilisez une loupe si nécessaire. Vous voulez voir les longues et fines pattes et le corps ovale...
  • Les pucerons verts, bien sûr, sont souvent plus difficiles à voir.
  • Suivez les fourmis qui montent et descendent des plantes, elles vous mèneront peut-être à leur troupeau de pucerons.
  • Et si vous n'êtes toujours pas sûr, regardez-les après 24 heures et s'ils ont beaucoup grandi, il y a de fortes chances que vous ayez affaire à des pucerons.

Plantes fréquemment attaquées par les pucerons

Les pucerons n'apprécient pas toutes les plantes de la même manière : ils préfèrent celles qui ont des tissus mous qu'ils peuvent facilement percer pour se régaler de la sève qui se trouve sous la surface. Malheureusement, cela signifie qu'ils préfèrent les plantes à croissance rapide. . Et devinez quoi ? la plupart des légumes proviennent de plantes à croissance rapide, comme.. :

  • Haricots
  • Pommes de terre
  • Courge
  • Bette à carde
  • Concombre
  • Melon
  • Laitue
  • Battre

Ces plantes sont toutes irrésistibles pour les pucerons. Ensuite, bien sûr, il y a beaucoup de plantes de jardin parmi les plus populaires, comme les.. :

  • Roses
  • Glycine
  • Asters
  • Tournesols
  • Conifères
  • Marguerites

En fait, 25 % de toutes les espèces de plantes sont susceptibles d'être infestées par des pucerons, dont beaucoup se trouvent dans notre jardin.

Pourquoi ne faut-il pas utiliser de produits chimiques pour tuer les pucerons ?

"Vous vous dites peut-être que la jardinerie a sûrement un produit chimique pour tuer les pucerons, et c'est certainement le cas, mais avant de vous précipiter...

  • Les produits chimiques sont mauvais pour l'environnement, et vous le savez.
  • Les produits chimiques affaiblissent le système immunitaire de votre plante. Toutes les études montrent que les plantes traitées avec des produits chimiques ont besoin de plus de pesticides que les autres plantes.
  • Vous vous retrouverez dans un cycle négatif où vous utiliserez un produit chimique pour résoudre un problème, mais où le produit chimique provoquera un autre problème qu'il faudra traiter avec un autre produit chimique... et ainsi de suite !
  • Les produits chimiques sont dangereux. Vous devrez placer un pesticide dans un endroit sûr, car c'est un poison... Pour les chats, les chiens, les enfants, même les adultes... Et si vous le renversez ?
  • Les produits chimiques sont plus chers que les produits naturels. Ils sont assez bon marché, pour être honnête, mais pas aussi bon marché qu'un vieux pain de savon que vous n'utilisez pas...
  • Le problème des restes... Tous les jardiniers amateurs savent que si vous avez besoin de dix grammes de produit, la plus petite quantité que vous pouvez acheter est 20 fois supérieure ! Ensuite, ils s'en vont aussi et vous vous retrouvez avec un tas de bouteilles et de boîtes de produits chimiques sous votre évier, dont vous n'avez pas besoin, que vous ne pouvez pas utiliser et dont vous ne savez pas où vous débarrasser...

Et maintenant, vous allez voir à quel point il est facile et bon marché d'utiliser des remèdes naturels pour se débarrasser des pucerons...

Comment se débarrasser des pucerons naturellement sans utiliser de produits chimiques ?

Nous allons maintenant passer en revue toutes les méthodes naturelles pour se débarrasser des pucerons, mais il vous faudra choisir celle qui vous convient le mieux.

Cela dépend de l'ampleur de l'infestation, de sa gravité, de la taille de la culture ou du jardin, de l'endroit où elle se trouve et même de ce que vous avez déjà dans le placard, car bon nombre de ces méthodes nécessitent des ingrédients très simples.

Si vous avez déjà un problème de pucerons, qu'il soit petit ou grand, vous devrez vous en débarrasser. Les problèmes plus importants nécessiteront des solutions plus radicales. Les principales stratégies consistent à les éliminer à la main, à exercer une pression pour les faire tomber de la plante ou à utiliser l'un des sprays naturels que vous allez voir.

Certaines de ces méthodes peuvent également servir de prévention, comme nous le verrons dans la section suivante.

Tuer les pucerons naturellement est une méthode peu coûteuse et efficace pour se débarrasser des pucerons, afin que vous ne soyez pas tenté d'utiliser des produits chimiques. Et, contrairement aux produits chimiques, ces remèdes peuvent être amusants - comme vous allez le découvrir !

Voici les 8 méthodes naturelles de lutte contre les pucerons, sans danger pour vos plantes, l'environnement et les insectes bénéfiques de votre jardin :

  • Éliminer les pucerons de vos plantes à la main
  • Utiliser la pression pour se débarrasser des pucerons sur les plantes
  • Se débarrasser des pucerons en les pulvérisant avec une solution douce de savon à vaisselle et d'eau.
  • Fabriquez votre propre spray à l'ail naturel pour décourager les pucerons
  • Lutter contre les pucerons de manière naturelle et biologique en utilisant de l'huile de neem
  • Vaporiser de l'huile essentielle sur les plantes pour éloigner les pucerons
  • Cultiver des plantes qui repoussent naturellement les pucerons

1. Éliminer les pucerons de vos plantes à la main

L'élimination des pucerons à la main se passe d'explications. C'est aussi simple que ce qui est écrit sur la boîte. C'est une option, même si ce n'est pas la meilleure. Cependant, elle n'est vraiment viable que si vous avez une très petite infestation, ce qui signifie que vous avez repéré les pucerons dès qu'ils sont apparus... En fait, elle présente de nombreux inconvénients :

  • C'est un travail laborieux pour les grandes infestations.
  • S'ils sont nombreux, il est fort probable que vous manquiez un grand nombre de pucerons.
  • Vous pourriez endommager les plantes.
  • Vous n'aimerez peut-être pas tuer les pucerons, et d'autres méthodes sont plus humaines, car elles les font disparaître au lieu de les tuer.
  • C'est assez salissant et désagréable.

Mais il fallait tout de même le mentionner.

2. Utiliser la pression pour se débarrasser des pucerons sur les plantes

Vous pouvez utiliser du vent ou de l'eau sous pression pour disperser les pucerons loin de vos plantes. C'est une méthode bien meilleure et même plus humaine que de les ramasser à la main, car vous ne les tuerez pas.

Cela peut être excessif pour les petits problèmes... Cela dit, c'est une bonne méthode pour les parcs publics et les jardins potagers de bonne taille. C'est assez rapide mais bruyant.

Vous pouvez simplement utiliser :

  • Un tuyau. Fermez partiellement la sortie pour mettre l'eau sous pression.
  • Un souffleur d'air assez puissant (comme ceux que vous utilisez pour les feuilles).
  • Dans les deux cas, dirigez le flux vers les plantes affectées et soufflez sur les pucerons.

Cette méthode présente également des inconvénients :

  • Vous risquez d'endommager les plantes.
  • Il faut beaucoup d'eau / de l'énergie.
  • Il n'est pas définitif .

Arrêtons-nous un instant sur ce dernier point... En effet, les pucerons seront arrachés des plantes par le vent, mais ils n'iront pas trop loin.

Après cela, vous devrez toujours utiliser des répulsifs naturels, et nous sommes sur le point de les voir. Mais il s'agit d'une "thérapie de choc" et d'une "première approche" viables dans les cas graves.

3. Se débarrasser des pucerons en pulvérisant une solution douce de savon à vaisselle et d'eau.

Maintenant que vous avez lu "spray d'eau et de savon", vous réalisez à quel point il est simple et facile de se débarrasser des pucerons dans votre jardin - et à moindre coût !

La méthode est simple et directe : il suffit de pulvériser les feuilles de la plante infestée de pucerons avec une solution douce de 5 cuillères à soupe de savon pour 1 gallon d'eau, mais il y a une condition à cette méthode : pour lutter contre les pucerons, il faut utiliser du savon naturel. .

Malheureusement, la plupart des savons disponibles sur le marché sont des produits chimiques, et ceux-ci sont mauvais pour votre jardin...

Voici comment fabriquer votre savon liquide naturel en spray pour tuer les pucerons :

  • Prenez un pain de savon naturel (250 grammes ou 9 oz).
  • Râper le savon ou le couper en fins morceaux.
  • Faire chauffer 1 litre d'eau (2 pintes).
  • Verser l'eau dans une bouteille à steak.
  • Ajouter le savon pour grilles.
  • Bien agiter jusqu'à ce que le savon ait fondu.
  • S'il ne fond pas complètement, mettre le flacon pulvérisateur au bain-marie jusqu'à ce qu'il fonde.
  • Pulvériser abondamment sur un terrain infesté de pucerons, en veillant à couvrir également la face inférieure des feuilles.

Adaptez les quantités à vos besoins, mais cette méthode simple présente de grands avantages, notamment le fait qu'elle est bon marché et très sûre.

Cependant, il se peut que cette méthode ne fonctionne pas sur une grande colonie ou une colonie bien établie.

Il agit en rendant la surface de la feuille ou de la plante difficile à coller, ce qui oblige les pucerons à trouver un autre endroit où aller.

Mais il faudra répéter les traitements, tous les 2 ou 3 jours pendant deux semaines, et après la pluie, car ils risquent de réapparaître.

4. Fabriquez votre propre spray à l'ail entièrement naturel pour décourager les pucerons

La pulvérisation d'eau à l'ail est sans doute la meilleure méthode de pulvérisation pour lutter naturellement contre les pucerons. En fait, elle est si bonne que c'est la seule méthode utilisée pour la roseraie de Sa Majesté la Reine au Palais de Buckingham, et si c'est bon pour un monarque...

Le principe est simple : les pucerons détestent l'ail. La plupart des insectes le détestent, pour être honnête. En fait, cette méthode fonctionne avec pratiquement toutes les infestations d'insectes, ce qui est un autre avantage. Il y a deux façons de préparer cela, et nous allons maintenant voir comment.

  • Pour préparer l'huile d'ail en spray, mettez quelques gousses d'ail dans une bouteille d'eau, à raison d'une ou deux gousses par litre.
  • Sceller la bouteille ou le récipient.
  • Laisser les clous de girofle pourrir dans l'eau pendant 2 jours.
  • Maintenant, si vous le souhaitez, vous pouvez ajouter de l'eau savonneuse naturelle, celle que vous avez appris à préparer dans la méthode précédente. La raison en est que l'eau savonneuse augmentera la puissance du spray, car elle adhérera aux plantes plus longtemps.
  • Pulvérisez abondamment vos plantes, en veillant à ne pas manquer le dessous des feuilles.

Et l'odeur ? Elle disparaîtra dans les 24 heures, et vos roses sentiront toujours la rose. Nous ne la sentirons pas, mais les pucerons la sentiront et s'en éloigneront.

C'est également une excellente méthode pour prévenir les infestations de pucerons .

Commencez au printemps et répétez le traitement toutes les deux semaines et votre jardin (potager) sera grand et dépourvu de pucerons.

5. Lutter contre les pucerons de façon naturelle et biologique à l'aide de l'huile de margousier

L'huile de neem est en train de devenir la panacée de tous les jardiniers biologiques et elle fonctionne également contre les pucerons. L'huile de neem est toxique pour la plupart des animaux (y compris nous), mais elle est totalement absorbable et métabolisée par les plantes.

Cela signifie que l'huile de neem est efficace contre tous les insectes, mais aussi contre les infections fongiques et bactériennes. C'est pourquoi, si vous n'avez pas de bouteille d'huile de neem et que vous avez un jardin, allez vous en procurer une maintenant... Elle se conserve également pendant de nombreuses années...

Voici comment préparer des sprays maison pour lutter contre les pucerons

  • Pour préparer l'huile de neem en spray Prenez un flacon pulvérisateur.
  • Remplissez-le d'eau presque jusqu'en haut.
  • Ajoutez quelques cuillères à soupe d'huile de neem. L'idée est d'avoir environ 9 parts d'eau et 1 part d'huile de neem, mais vous pouvez être flexible.
  • Pulvériser abondamment, en veillant à couvrir le dessous des feuilles.

Cette méthode est peut-être un peu radicale pour les pucerons, mais elle fonctionnera, et elle fonctionnera. bien. Mais l'eau aromatisée à l'ail reste la plus appropriée pour les conditions générales.

En effet, si l'huile de neem est totalement inoffensive pour les plantes, elle ne l'est pas pour les champignons et les bactéries. Et s'il est vrai que certains d'entre eux posent problème à nos plantes, d'autres sont absolument nécessaires à leur vie...

Un peu comme les "bonnes bactéries" de notre intestin...

N'hésitez donc pas à l'utiliser, mais gardez à l'esprit qu'un usage excessif de l'huile de neem peut modifier l'équilibre de la vie dans le sol, et qu'il existe des alternatives plus légères.

6. Vaporiser de l'huile essentielle sur les plantes pour éloigner les pucerons

Les huiles essentielles ont une odeur forte, et les pucerons et de nombreux insectes ne supportent pas cet arôme que nous aimons tant !

C'est l'un des moyens les plus créatifs, mais aussi les plus efficaces, d'éloigner les insectes de vos plantes, tout en dégageant une odeur agréable.

Il suffit de choisir une ou plusieurs des huiles qu'ils ne supportent pas, Voici quelques huiles essentielles qui permettent de lutter contre les pucerons :

  • Menthe poivrée
  • Clou de girofle
  • Romarin
  • Thym

Un mélange de ces produits sera totalement répugnant pour les pucerons.

  • Prenez un flacon pulvérisateur.
  • Remplissez-le d'eau.
  • Ajoutez quelques gouttes de l'huile essentielle de votre choix. Là encore, n'hésitez pas... 10 à 20 gouttes par litre suffisent.
  • Pulvériser abondamment, en veillant à couvrir le dessous des feuilles.

Ce système est également très efficace pour la prévention des pucerons. Vous devrez l'utiliser régulièrement tout au long de la saison chaude pour tenir les pucerons et autres insectes à distance.

Bien sûr, l'inconvénient est que les huiles essentielles sont chères, bien plus que le savon ou l'ail, même si vous n'en utilisez que quelques gouttes, et qu'elles peuvent être difficiles à trouver.

8. Cultiver des plantes qui repoussent naturellement les pucerons

L'idée de cultiver des plantes qui contrôlent la population de pucerons va de pair avec la méthode de l'"insecte utile" que nous venons de voir. Il s'agit dans les deux cas de rétablir un écosystème sain et équilibré.

Vous savez qu'il s'agit là d'un élément essentiel de l'agriculture biologique et naturelle, du jardinage et de la gestion des terres en général.

Il existe trois types de plantes que vous pouvez cultiver pour contrôler la population de pucerons, et la meilleure façon de procéder est de cultiver un peu de ces trois types :

  • Les plantes qui attirent les prédateurs des pucerons, comme les plantes à fleurs simples, les plantes à fruits sucrés, mais aussi d'autres comme le fenouil, la menthe, le clou de girofle, le cerfeuil et l'achillée.
  • Les plantes qui repoussent les pucerons, comme le thym, l'ail, les alliums décoratifs, l'herbe à chat, la ciboulette, les oignons et surtout... notre ami l'humble ail bien sûr !
  • Plantes pièges à pucerons. Il s'agit de plantes qui attirent les pucerons d'autres plantes, mais qui sont si fortes que les pucerons ne peuvent pas leur faire de mal. Et il y a beaucoup de fleurs parmi elles, comme les zinnias, les dahlias, les asters, les capucines, les cosmos et les moutardes. Elles attirent également les "bons insectes", ce qui fait qu'une seule plante a deux avantages !

Pour tirer le meilleur parti de ces plantes, vous pouvez disperser les deux premiers types parmi les plantes dont vous savez qu'elles attireront les pucerons et leur offrir une alternative agréable un peu à l'écart de votre précieux parterre de fleurs avec le troisième type de plantes.

Comment prévenir l'arrivée des pucerons

La prévention des pucerons et autres ravageurs dans votre jardin repose sur toute une série de principes scientifiques, dont certains sont essentiels :

  • L'idée est de contrôler la population de pucerons, et de le garder petit et sans danger pour vos plantes plutôt que d'éliminer tous les pucerons.
  • Il faut des plantes fortes, Ainsi, lorsque les pucerons arrivent, ils résistent bien, surtout dans les premiers stades. Cela peut permettre de contrôler la population de pucerons elle-même ou de découvrir que vous avez un problème avant que les plantes ne deviennent malades.
  • Il faut planter d'une manière particulière pour que l'ensemble du jardin soit en bonne santé. Plus les plantes sont variées, moins il y a de couloirs de plantes appropriées (par exemple, les roses) où les pucerons peuvent se déplacer et se propager. Il s'agit d'une stratégie de base de tout jardinage biologique, et pas seulement pour les pucerons. Elle permet également d'arrêter la plupart des ravageurs et la plupart des infections fongiques et bactériennes.
  • Pour les pucerons, il existe cependant des astuces de plantation spécifiques que nous verrons rapidement.

Maintenir un écosystème sain (et nous verrons comment le faire avec des plantes et des insectes).

Il s'agit des principes généraux, et non des méthodes, que nous allons voir maintenant.

La méthode la moins chère, la plus simple et la plus courante est la pulvérisation d'eau à l'ail, mais on peut aussi utiliser des huiles essentielles en spray.

L'astuce consiste à commencer à les utiliser dès le début de la saison chaude (milieu du printemps) et à les répéter tous les quinze jours.

Même l'huile de neem peut fonctionner, mais il vaut mieux l'éviter en tant que prévention et il est plus approprié et pratique d'éliminer les pucerons.

Il nous reste donc deux autres méthodes, assez élaborées et avancées : introduire et encourager les "bons insectes" (prédateurs des pucerons) et cultiver des plantes qui contrôlent la population de pucerons.

Nous allons les voir tout de suite et croyez-moi, ce sont des méthodes très intéressantes et même intrigantes.

Utiliser les prédateurs naturels des pucerons pour lutter contre les ravageurs

La meilleure méthode, à bien des égards, consiste à "élever" des prédateurs naturels des pucerons. C'est de loin la méthode la plus avancée et la plus "verte", car elle repose sur le rétablissement d'un écosystème naturel et équilibré.

D'un point de vue éthique et dans une perspective écologique mature, les pucerons ne sont pas inutiles...

Ils font partie de la chaîne alimentaire, par exemple...

Et devinez quel insecte disparaîtrait sans les pucerons : la belle coccinelle (ladybugs, ou lady beetles).

Voir également: Le guide sans faille du débutant pour cultiver des plantes aromatiques à partir de graines

Il est donc désormais possible d'acheter des coccinelles pour lutter contre les pucerons. Et le mot juste est "lutter"... Il y aura bien quelques pucerons, mais pas assez pour déranger vos plantes.

Littéralement quelques uns sur quelques tiges ici et là... C'est un équilibre naturel...

Voici les plus connus d'entre eux les prédateurs qui mangent les pucerons :

  • Coccinelles
  • Punaises
  • Chrysopes brunes
  • Chrysope vert
  • Coléoptères soldats
  • Guêpes pucerons
  • Guêpes parasites
  • De nombreuses espèces de coléoptères

Vous pouvez donc avoir un petit "zoo" pendant que vous contrôlez la population de pucerons, et entre-temps donner un coup de main à l'environnement et à Mère Nature.

Vous pouvez acheter ces insectes ou les attirer (ou les deux) :

  • Leur offrir des endroits sûrs et chauds pour y passer l'hiver (comme des fagots de bambou ou de roseau coupés, placés horizontalement dans un endroit chaud et protégé, orientés vers le sud... ils deviendront de petits "blocs" remplis de coccinelles surtout !)
  • Construire un nid de coléoptères. Rien de plus facile. Trouvez un endroit abrité et humide dans votre jardin, sous un arbre. Empilez quelques vieilles bûches pour former un petit monticule qui se remplira littéralement de coléoptères et de leurs larves.
  • Gardez l'eau dans votre jardin. Même un petit étang, une petite cuvette, un bol avec des cailloux... Les insectes aussi aiment boire, vous savez ?
  • Préférer les fleurs simples aux fleurs doubles. Les fleurs doubles ont peu ou pas de nectar et ne sont pas accessibles aux insectes.
  • Laisser pourrir les feuilles, les fruits et les branches. Ne gardez pas votre jardin propre... Ne vous inquiétez pas pour cette pomme tombée au sol... Elle attirera la vie des bactéries, des insectes et même d'un charmant hérisson...

C'est bien sûr plus facile à faire si vous avez un grand jardin. C'est difficile à faire sur une petite terrasse ou si vous n'avez qu'un minuscule jardin de derrière. Mais tout de même...

La meilleure méthode pour se débarrasser des pucerons

Alors, quelle est la meilleure méthode pour se débarrasser des pucerons ? C'est à vous de décider, bien sûr, et cela dépend beaucoup de votre jardin et de la situation. Mais permettez-moi de vous suggérer d'utiliser une combinaison de méthodes ?

La culture de plantes qui luttent contre les pucerons et accueillent les "bons insectes" devrait être standardisée chaque fois que cela est possible.

Vous pouvez ensuite choisir une ou deux méthodes légères (savon ou ail, par exemple) en guise d'entretien de routine pour les empêcher de venir.

Si vous n'avez pas de chance (ou si quelque chose se passe vraiment mal dans l'écosystème de votre région), vous voudrez peut-être garder une méthode plus radicale en dernier recours.

Timothy Walker

Jeremy Cruz est un jardinier passionné, un horticulteur et un passionné de la nature originaire de la campagne pittoresque. Avec un sens aigu du détail et une profonde passion pour les plantes, Jeremy s'est lancé dans un voyage de toute une vie pour explorer le monde du jardinage et partager ses connaissances avec les autres via son blog, Gardening Guide And Horticulture Advice By Experts.La fascination de Jeremy pour le jardinage a commencé pendant son enfance, alors qu'il passait d'innombrables heures aux côtés de ses parents à s'occuper du jardin familial. Cette éducation a non seulement favorisé l'amour de la vie végétale, mais a également inculqué une solide éthique de travail et un engagement envers les pratiques de jardinage biologique et durable.Après avoir obtenu un diplôme en horticulture d'une université renommée, Jeremy a perfectionné ses compétences en travaillant dans divers jardins botaniques et pépinières prestigieux. Son expérience pratique, associée à sa curiosité insatiable, lui a permis de plonger profondément dans les subtilités des différentes espèces végétales, de la conception des jardins et des techniques de culture.Animé par le désir d'éduquer et d'inspirer d'autres passionnés de jardinage, Jeremy a décidé de partager son expertise sur son blog. Il couvre méticuleusement un large éventail de sujets, y compris la sélection des plantes, la préparation du sol, la lutte antiparasitaire et les conseils de jardinage saisonniers. Son style d'écriture est engageant et accessible, rendant les concepts complexes facilement assimilables pour les jardiniers novices et expérimentés.Au-delà de sonblog, Jeremy participe activement à des projets de jardinage communautaire et organise des ateliers pour donner aux individus les connaissances et les compétences nécessaires pour créer leurs propres jardins. Il croit fermement que se connecter avec la nature à travers le jardinage est non seulement thérapeutique mais aussi essentiel pour le bien-être des individus et de l'environnement.Avec son enthousiasme contagieux et son expertise approfondie, Jeremy Cruz est devenu une autorité de confiance dans la communauté du jardinage. Qu'il s'agisse de dépanner une plante malade ou d'offrir l'inspiration pour la conception de jardin parfaite, le blog de Jeremy sert de ressource incontournable pour les conseils horticoles d'un véritable expert en jardinage.