Roses grimpantes : les secrets de la plantation, de la culture, de la taille et du dressage de votre rosier grimpant

 Roses grimpantes : les secrets de la plantation, de la culture, de la taille et du dressage de votre rosier grimpant

Timothy Walker

Cultiver des roses parfumées et colorées qui grimpent sur les barrières, les gazebos et les pergolas peut transformer n'importe quel jardin en un petit coin de paradis. Fermez les yeux et imaginez-les dans ce coin de verdure ensoleillé que vous aviez en tête... Je sais pourquoi vous en voulez une maintenant !

Mais nous connaissons tous la vérité : les roses ne demandent pas peu d'entretien et sont plutôt difficiles et délicates. Cependant, les rosiers grimpants sont des plantes délicates qui nécessitent beaucoup de soins et d'attention, tout en offrant une abondance de fruits en retour.

Les rosiers grimpants nécessitent des méthodes de plantation et de culture spécifiques, notamment l'apport d'engrais, le soutien, la taille et la protection contre les maladies et les ravageurs. La "roseraie" est un métier à part entière, mais avec les bons soins, vous pouvez profiter de leurs magnifiques floraisons de mai à septembre !

Suivez ce guide pour en savoir plus sur la façon de donner à vos rosiers grimpants les meilleurs soins possibles afin de garantir une floraison abondante pendant de nombreuses années.

Ces conseils garantissent une bonne croissance et une abondance de fleurs tout au long de l'été.

Pourquoi les rosiers grimpent-ils ?

La réponse est simple : les rosiers ne grimpent pas ! Ok, nous avons bien commencé, n'est-ce pas ? Les rosiers ne sont pas de véritables grimpeurs, ce sont des arbustes. Mais certaines espèces dans la nature poussent sur d'autres arbustes, comme les ronces.

Si vous vous promenez à la campagne dans une région fraîche et tempérée, vous verrez l'une des nombreuses espèces d'églantines (Rosa canina) ou de roses de prairie (Risa setigera) et d'autres variétés similaires qui se penchent sur de grands buissons pour profiter au mieux de la lumière du soleil.

Elles n'ont pas de vrilles et ne s'enroulent pas, il faut donc les attacher à un support, comme un treillis, une clôture, un belvédère, etc.

Si vous ne le faites pas, ils pousseront de longues branches arquées qui retomberont vers le sol.

Ainsi, un rosier grimpant est un arbuste qui a appris à grimper avec votre aide...

Ils ont besoin de beaucoup de soins et de formation.

Les choses à faire et à ne pas faire pour planter un rosier grimpant

Le sol, la lumière du soleil et l'emplacement sont les clés du bonheur de votre rosier grimpant. Ne sous-estimez pas ce point. Un mauvais emplacement et un mauvais sol et votre rosier ne sera jamais, jamais fort et sain, quoi que vous fassiez par la suite.

Vous avez dû voir des roses qui "ont l'air malades et tristes" avec de petites fleurs, des pétales desséchés, des feuilles malades... Il y a de fortes chances que l'endroit ne soit tout simplement pas approprié.

Pour commencer, le à ne pas faire :

  • Ne plantez pas votre rosier dans un endroit humide, il risque de tomber gravement malade, voire de mourir.
  • Ne plantez pas votre rosier dans un endroit ombragé. Aucun rosier ne peut survivre à l'ombre.
  • Ne plantez pas votre rosier dans un endroit venteux. Avez-vous déjà vu des rosiers avec des tiges cicatrisées ? Vous savez ce qui en est la cause ? C'est le vent qui les fait se blesser avec leurs propres épines, en se cognant les uns contre les autres. Les rosiers grimpants, en particulier, peuvent en souffrir.
  • Ne plantez pas votre rosier dans un endroit mal drainé.
  • Ne plantez pas votre rosier près d'un grand arbre. Les rosiers n'aiment pas être en concurrence avec des arbres plus grands. Ils veulent être les "stars" de votre jardin, et ils ne veulent pas être éclipsés... Par "près", nous entendons sous ou presque sous. Tant que l'arbre ne vole pas la lumière du rosier de manière significative.
  • Ne plantez pas votre rosier dans une position orientée vers le nord, car il présente tous les inconvénients que nous avons vus, ou la plupart d'entre eux.
  • Ne plantez pas votre rosier en bord de mer : ces plantes à fleurs ne supportent pas le sel... Vous ne verrez jamais un rosier près de la côte... La distance à parcourir dépend du degré de salinité et de vent de l'endroit. Dans certains endroits, un demi-mille à l'intérieur des terres suffit...

Maintenant, les choses à faire, et certaines sont déjà claires par rapport aux choses à ne pas faire.

  • Plantez votre rosier dans un endroit sec et aéré : les rosiers ont besoin d'air sec pour être en bonne santé.
  • Plantez votre rosier dans un endroit bien drainé. Si c'est le cas dans votre jardin, par exemple si vous avez un sol argileux, vous devrez améliorer le drainage du sol avant de planter. Vous devrez également continuer à améliorer le drainage année après année, en ajoutant du gravier et du sable au sol.
  • Plantez votre rosier dans un endroit ensoleillé. Certains rosiers grimpants tolèrent et certains aiment même l'ombre partielle, mais la plupart d'entre eux préfèrent un emplacement en plein soleil.
  • Plantez votre rosier dans un endroit abrité, surtout si vous vivez dans un endroit venteux...

Comme vous pouvez le constater, il n'est pas facile de trouver l'emplacement idéal pour un rosier grimpant, mais si vous y parvenez, vous partirez du bon pied et donnerez à votre rosier grimpant fleuri un excellent départ dans la vie !

Nous devons maintenant nous pencher sur la spécificité du sol.

Où planter un rosier grimpant

Les rosiers s'adaptent à différents types de sol, mais ils sont également difficiles - laissez-moi vous expliquer...

Les rosiers grimpants préfèrent les sols limoneux, mais ils s'adaptent aux sols argileux, sableux et même crayeux. Ils peuvent même prospérer dans un sol argileux, s'il est riche et bien drainé. Cela les rend en quelque sorte "faciles à vivre", peu de plantes supportent la craie, mais...

Le sol doit être équilibré ; elles ne pousseront pas dans un sol argileux lourd, calcaire dur ou très sablonneux. Si c'est le cas dans votre jardin, améliorer le sol.

Suivant, Les roses ont besoin d'un sol riche, c'est-à-dire riche en matière organique et en éléments nutritifs.

Et bien sûr, les roses ont besoin d'un sol très bien drainé.

Enfin, le pH idéal pour les rosiers se situe entre 6,0 et 6,5, c'est-à-dire légèrement acide ou neutre, mais tout ce qui est légèrement alcalin peut poser problème. Si le pH du sol est supérieur à 7,5, abaissez-le.

Même un sol très acide est mauvais pour les roses car elles n'auront pas accès au potassium, à l'azote et au phosphore, donc pas de sol inférieur à 6,0.

Pour simplifier, le pH du sol pour les roses peut aller de légèrement acide à légèrement alcalin, avec une préférence pour le légèrement acide. En chiffres : 6,0 à 7,5 pour la fourchette et 6,0 à 6,5 pour le pH idéal.

Si vous aimez le jardinage biologique, les roses veulent un sol sain et vivant. Il s'agit d'un sol riche en bactéries, en michorizas et en petits animaux (vers, etc.) qui "travaillent" le sol pour vous.

Maintenant que vous savez tout sur le "où", nous pouvons commencer par le "quand".

Quand planter votre rosier grimpant

Dans les jardineries, vous trouverez des rosiers prêts à être plantés à n'importe quelle saison. Mais cela ne veut pas dire que vous pouvez les planter à n'importe quel moment ! Au contraire, si vous achetez un rosier en pot en hiver, vous devrez l'abriter dans son conteneur jusqu'au printemps.

La période idéale pour planter les rosiers grimpants est l'automne, mais bien avant les gelées ! Vous devrez donner à votre rosier le temps de s'installer avant que les températures ne tombent au point de congélation. Si vous plantez votre rosier en automne, paillez abondamment. Les racines resteront ainsi au chaud pendant le premier hiver.

Vous pouvez planter des rosiers au printemps, mais assurez-vous qu'il n'y a plus de risque de gel. Si vous les plantez au printemps, ils seront "en retard" par rapport à l'automne. Si vous plantez les rosiers à l'automne, ils commenceront à pousser au début du printemps. Si vous les plantez au printemps, ils cesseront de produire des branches pendant un certain temps, le temps que leur système racinaire se mette en place. Ils ne fleuriront peut-être même pas pendant quelques mois...

Peut-on planter des rosiers en été ? Idéalement, il ne faut jamais planter de roses en été, mais on peut le faire en cas d'urgence. Soyez particulièrement prudent si le temps est très chaud ; la plupart des rosiers ne tolèrent pas la chaleur. Les planter en été dans une région très chaude peut s'avérer désastreux et causer un stress important à votre rosier.

Peut-on planter des rosiers en hiver ? Dans la plupart des régions, c'est impossible, car s'il y a un risque de gel, vous risquez de perdre votre plante.

Maintenant que vous connaissez le "quand", il est temps d'examiner le "comment".

Comment choisir un rosier grimpant à planter

Outre le choix de la variété qui vous plaît, vous devez choisir une plante en bonne santé .

  • Vérifiez que votre plante est exempte de maladies ! Observez la qualité des feuilles ; les feuilles des rosiers peuvent souvent tomber malades et elles sont d'excellents indicateurs de la santé d'une plante.
  • Le "tronc" doit être boisé et solide, mais court !
  • T Les tiges doivent être vigoureuses et saines. Vérifiez que les tiges vertes poussent rapidement, qu'elles sont larges et longues.
  • Les rosiers greffés sont plus résistants. Vous pouvez trouver des rosiers qui sont greffés sur un "tronc" fort et large, ou des rosiers qui sont greffés sur un "tronc" fort et large. porte-greffe Il appartient à une variété rustique, saine et vigoureuse, voire à un rosier naturel. La partie greffée, appelée scion Les fleurs sont souvent plus faibles, mais pas si elles poussent sur un porte-greffe solide, car c'est lui qui leur donne leur énergie. Ces derniers coûtent également plus cher, il faut compter au moins 20 $ pour un rosier greffé.
  • Choisissez un bon rosier, et ensuite parlons de la façon de le planter, vous êtes prêt ?

Comment planter un rosier grimpant

Les rosiers veulent trouver une "maison" confortable lorsque vous les plantez, et c'est à vous de la leur fournir ! Vous devrez vous assurer que le sol est fertile et bien drainé, comme nous l'avons dit... Ensuite...

  • Examinez la taille du récipient.
  • Creusez un trou deux fois plus profond que le récipient.
  • Le diamètre du trou doit être le double de celui du récipient.
  • Mettez de la matière organique durable au fond. Les roses vivent des décennies, et elles ont besoin de nourriture pour l'avenir. Laissez-moi vous révéler un vieux secret bien gardé... Les plumes sont géniales ! Oui, les plumes d'oiseaux se décomposent très lentement, elles ne sont pas actives (comme le fumier frais) et elles sont super nutritives !
  • Cette couche inférieure sert également de drainage : ajoutez des cailloux, du gravier ou d'autres matériaux drainants.
  • Ajoutez une couche de terre, de compost grossier et bien décomposé, en veillant à ce qu'il ne se décompose pas, car cela brûlerait les racines de votre plante.

La "maison" est maintenant prête...

  • Sortez délicatement la rose du conteneur, en gardant la terre intacte.
  • Vaporisez de l'eau tout autour des racines.
  • Retirez une partie des racines, car nous avons découvert que lorsque vous plantez un grand arbuste ou un arbre, les racines continuent de pousser à l'intérieur de ce qui était auparavant la zone du pot. Pourquoi ? Il semble qu'ils aient du mal à s'adapter à une composition de sol différente...
  • Placez le rosier dans le trou. J'aime ajouter quelques centimètres de sable grossier à l'endroit où les racines reposent, pour un drainage supplémentaire et pour l'hygiène des racines. De cette façon, les racines commenceront à reposer sur du sable stérile au départ, lorsqu'elles sont encore faibles.
  • Remplissez le trou avec votre compost, votre drainage et votre mélange de terre. Veillez à recouvrir la terre du pot d'environ un pouce de la nouvelle terre, ce qui aidera la plante à reconnaître la nouvelle terre et à combler les lacunes.
  • Pressez la terre tout autour de la rose avec vos pieds, fermement mais délicatement !
  • Arroser abondamment.

Une remarque... Plantez votre rosier le soir !!! Ne le faites pas le matin ou lorsque le soleil est haut. Les plantes ont un métabolisme actif pendant la journée et plus lent la nuit. Laissez à votre grimpeur le temps de se reposer, comme vous le faites après un voyage, c'est logique, non ?

Dans les prochains jours, vérifier que le sol se forme mais n'est pas compact. Si vous constatez qu'il s'enfonce trop, ajoutez un peu du même mélange de terre, de drainage et de compost et appuyez.

Enfin, paillis en abondance ! Faites-le dès que le sol s'est tassé, pas dès que vous les plantez. Ce peut être le deuxième ou le troisième jour ou au maximum dans la semaine qui suit. Faites-le même au printemps, même si c'est moins nécessaire qu'à l'automne. Le paillage maintient toujours le climat souterrain stable, et c'est ce dont les racines ont besoin pour s'installer.

Comment prendre soin des rosiers grimpants

Planter un rosier est un véritable travail de spécialiste comme vous pouvez le constater... tout comme le cultiver, comme vous le verrez...

Fournir un soutien solide dès le début

La première chose à garder à l'esprit pour planifier et construire la soutien pour que votre rosier grimpe, c'est qu'il doit être solide et durable ! Les roses sont lourdes ( !!!) et elles peuvent vivre pendant des décennies ! Vous ne pouvez pas changer le support pendant que la rose pousse ; il faudrait la couper complètement !

Par conséquent, si vous utilisez du bois, assurez-vous qu'il est traité et durable. Le fer rouillera à moins que vous ne le déchiriez. Même le béton n'est pas très durable...

Veillez à ce que le support soit solidement ancré dans le sol. Vous devez le planter en profondeur. Si vous plantez des piquets de bois dans le sol, cela dépend vraiment de votre situation,

les poteaux doivent être "scellés" (avec de la poix traditionnellement), sinon ils pourrissent. Certaines personnes préfèrent même que le poteau soit dans un trou rempli de béton, afin qu'il soit plus stable.

Les sols limoneux et sablonneux nécessitent une plus grande profondeur que les sols argileux. .

Le type de soutien dépend de vos goûts et de vos besoins : a treillis, pergola, tonnelle, gazebo, portail, clôture, porche... mais tous les rosiers grimpants ne conviennent pas aux colonnes ! Elles doivent avoir des qualités particulières comme des tiges longues et flexibles... Vérifiez dans la description de la plante, elle vous renseignera.

Enfin, placer le support très près de la rose, à une distance maximale d'un pied (30 cm).

Maintenant que vous disposez du soutien nécessaire, il est temps de devenir le "professeur" de votre rose.

Formez votre rosier grimpant sur des structures

Les grimpeurs naturels trouvent d'eux-mêmes le support et s'y accrochent ou s'enroulent autour. Les roses ne peuvent pas "voir" le support . Vous devrez leur "montrer".

Vous devez prendre la branche choisie, la conduire jusqu'au support et l'attacher délicatement. Vous pouvez utiliser n'importe quelle ficelle, mais les attaches en plastique sont idéales. Ils sont durables, ne pourrissent pas et ne rouillent pas. Le fil de fer peut endommager la tige du rosier, il faut donc l'éviter.

Le plus important, c'est que l'attache soit très lâche et large ! Laissez à votre ascension la place nécessaire pour grandir, sinon vous finirez par la couper. Ce qu'il vous faut, c'est un diamètre de 4 ou même 5 pouces (10 à 12,5 cm).

Formez votre rosier d'escalade

Vous décodez ce à quoi doit ressembler votre rosier grimpant et vous avez le choix entre de nombreuses branches pour y parvenir.

Dans un rosier grimpant, les "branches" sont appelées "cannes".

On distingue les cannes principales, qui partent de la base de la plante, et les cannes latérales ou secondaires qui poussent à partir d'elles.

Si vous laissez toutes les tiges principales, vous obtiendrez un rosier épais ; il formera un "mur vert" qui se remplira de belles fleurs.

Dans ce cas, il convient de sélectionner quelques tiges principales et de tailler les autres à partir de la base.

Même dans le cas d'un "mur végétal complet", vous pouvez avoir beaucoup trop de tiges principales. Dans tous les cas, sélectionnez toujours les tiges les plus fortes, les plus saines et les plus vigoureuses.

Vous allez attacher les cannes principales au support et laisser les cannes secondaires libres Cela vous permettra de déterminer la forme générale du rosier grimpant. Vous pouvez le faire en arc, par exemple, ou en zigzag, ou vous pouvez faire en sorte que les tiges se croisent, etc.

Essayez de laisser pousser les tiges principales. Il ne faut jamais étêter la tige principale, car cela arrêterait sa croissance....

Lorsque le rosier devient grand, il peut être difficile de reconnaître les tiges principales des tiges latérales ; comme conseil, marquez vos tiges principales avec des rubans colorés et lâchement attachés.

Vous voyez bien qu'il s'agit en grande partie de taille, et la taille des rosiers est un art !

Savoir Quand tailler votre rosier grimpant

Les jardiniers disent : "Taillez vos rosiers grimpants lorsque le forsythia est en fleur". C'est une excellente règle empirique, mais en général, l'idée est qu'il vous faut Taillez les rosiers au début du printemps, juste avant que les nouvelles pousses ne commencent à pousser. Ils seront présents mais encore dormants.

Il s'agit de la taille principale, c'est-à-dire de la "mise en forme" de la plante pour l'année (et au-delà).

Vous pouvez couper les tiges et les branches sèches, mortes ou malades à tout moment, mais gardez l'œil ouvert.

Vous pouvez souhaiter nettoyer toutes les matières malades à l'automne. Les tiges sèches ne posent pas de problème, mais les tiges malades peuvent propager des maladies. Et vous améliorerez la ventilation.

L'étêtage n'est pas une taille et vous le ferez après que les fleurs soient fanées.

Comme tous les "quand", celui-ci est suivi d'un "comment".

Comment tailler un rosier grimpant

La taille d'un rosier grimpant est différente de celle d'un rosier arbustif. Dans le cas d'un rosier arbustif, on veut conserver quelques branches ligneuses basses et repousser toutes les nouvelles branches, "comme un panier", dit-on. Mais ce n'est pas le cas pour un rosier grimpant.

La taille la plus importante pour un rosier grimpant est la première, la "mise en forme" comme on dit, c'est-à-dire le choix des tiges principales que l'on va conserver. Contrairement à un rosier arbustif, dont vous pouvez rabattre les branches principales chaque année, un rosier grimpant doit continuer à pousser. Une fois que vous l'avez choisi, c'est pour la vie.

Vous pouvez couper une canne principale si

  • Il est gravement malade. Dans ce cas, il faut le couper jusqu'à la base et choisir un jeune arbre à proximité pour le remplacer au fil du temps si nécessaire.
  • Vous voulez qu'il se ramifie en deux nouvelles lignes principales. En effet, vous souhaitez donner une forme complexe au rosier. Taillez un ou deux pouces au-dessus de deux gemmes saines qui pointent dans la direction où vous souhaitez que les nouvelles branches s'enroulent. Il est conseillé de sceller la coupe avec de la résine ou du mastic naturel.
  • La canne principale devient un problème pour les autres. Peut-être qu'il se croise, peut-être qu'il frotte contre eux lorsqu'il y a du vent, ou peut-être que votre composition est trop épaisse.

Tout le reste de la taille des rosiers grimpants se fait sur les tiges secondaires ou latérales.

Pour ces derniers :

  • Couper toutes les tiges mortes, sèches et malades.
  • Coupez les tiges qui gênent celles que vous souhaitez conserver.

Vous verrez qu'avec le temps, vous couperez les cannes latérales les plus vieilles et les plus basses. Vous pouvez choisir des cannes latérales plus hautes pour s'arquer et couvrir les espaces vides que ces derniers laissent, si vous voulez que vos fleurs commencent en bas.

Mesures de sécurité pour tailler un rosier grimpant

La taille peut être une source de danger et de maladie pour toutes les plantes, en particulier les rosiers...

  • Désinfectez toujours les lames ! Faites-le avant de passer à chaque plante, même si ce sont toutes des roses. Les germes, les bactéries et les agents pathogènes peuvent se propager d'une plante à l'autre par l'intermédiaire des lames que vous utilisez pour tailler. Les roses sont très sensibles aux infections...
  • Utilisez toujours des lames bien aiguisées. Ceux qui sont émoussés peuvent causer des dommages.
  • La coupe doit toujours être nette. Si ce n'est pas le cas, corrigez-la. Une coupe lisse et nette sera la première barrière contre les agents pathogènes. De plus, une coupe grossière peut accumuler de l'eau et commencer à faire pourrir la plante.
  • Couper en biais ? Je pose cette question parce que certains jardiniers disent que c'est inutile. Moi, je le pense, mais assurez-vous que l'angle éloigne l'eau de la pierre précieuse la plus proche.
  • Couper un pouce de la pierre précieuse. Vous pouvez le porter à deux pour les grandes cannes, mais une trop grande quantité entraînera le dessèchement de la canne, tandis qu'une quantité insuffisante entraînera la mort de la gemme.

J'ai oublié votre sécurité : portez des gants, car les roses ont des épines !

Décapiter une plante grimpante Le rosier pour favoriser l'éclosion de nouvelles fleurs

Les rosiers grimpants ont une floraison longue et répétée qui peut s'étaler de mai à septembre seulement si vous décapiter les fleurs fanées. L'épilation d'une rose est une forme d'art (aussi) !

Premièrement, stériliser la lame. Deuxièmement, Regardez vers le bas à partir de la fleur épuisée et trouvez la première feuille avec 5 folioles et non pas 3 ! Voici le secret : si vous coupez au-dessus d'une feuille à trois folioles, la tige se dessèche et meurt ; si vous coupez au-dessus d'une feuille à cinq folioles, elle survivra et donnera de nouvelles fleurs.

Gardez bien cela à l'esprit, car cela peut faire toute la différence entre un magnifique rosier qui fleurit toute la saison et un rosier qui a l'air triste et vide pendant la plus grande partie de la saison.

Couper (en biais) à environ un pouce au-dessus de la feuille.

Pendant que vous y êtes, vous pouvez choisir le sens dans lequel vous voulez que votre canne/branche se développe. La nouvelle pousse poussera dans la direction de la feuille ou de la pierre précieuse que vous avez choisie en dernier. De cette façon, vous pouvez former le rosier à aller dans un sens ou dans l'autre.

Voir également: Les cerfs mangent-ils les soucis ? et comment utiliser les soucis pour les éloigner de votre jardin

Les gemmes et les feuilles du rosier sont alternes et non opposées. L'un va dans un sens et l'autre dans l'autre sens. Si la première feuille à 5 folioles va dans le mauvais sens, celui dans lequel vous ne voulez pas qu'elle pousse, choisissez la suivante et elle ira dans l'autre sens !

Voir également: Oui, les oiseaux mangent les tomates, voici comment protéger vos plants de tomates des dégâts causés par les oiseaux

Je t'avais dit que cultiver des roses était un art ! Tu vois que j'avais raison ?

Comment arroser les rosiers grimpants

Les rosiers ont besoin de beaucoup d'eau. arroser régulièrement et abondamment, surtout en été ! Cela permettra à votre élévation de tolérer la chaleur, tout en étant en en hiver, vous pouvez suspendre l'arrosage si vous vivez dans une région où l'hiver est humide.

Du printemps à l'automne, un Le rosier peut avoir besoin de 4 à 5 gallons d'eau par semaine. Il s'agit d'une estimation approximative, qui dépend en grande partie du climat, mais qui donne une idée de la situation.

Si les hivers sont secs, il faut arroser de temps en temps, mais sans excès.

Ne pas trop arroser et ne pas laisser le sol gorgé d'eau. Si vous le pouvez, vous pouvez également éviter les poches d'eau à la base du rosier. Ils peuvent littéralement faire pourrir la plante, surtout au printemps, à l'automne et en hiver.

N'arrosez pas si vous vous attendez à des gelées ou à des températures glaciales ! En hiver, les roses dorment, elles ont besoin d'un environnement sec, frais et sain avec juste un petit peu d'eau pour "mouiller leur bouche".

Quand nourrir un rosier grimpant

Nourrissez régulièrement votre rosier grimpant, cela dépend de la fertilité du sol... Ok, soyons réalistes...

Dans un environnement naturellement sain, il est possible que vous n'ayez à nourrir votre rosier qu'une fois par an, voire pas du tout, dans le cadre de la permaculture ou d'autres méthodes avancées de jardinage biologique.

Mais la plupart des jardins n'en sont pas à ce stade de santé du sol. heures d'alimentation importantes à ne pas manquer.

  • Nourrissez abondamment votre rosier au début du printemps. Votre rosier va sortir de sa période de dormance et il aura très, très faim. Il a besoin de beaucoup d'énergie pour faire pousser les nouvelles pousses !
  • Nourrissez votre rosier après la première floraison. Cela lui donnera de l'énergie pour une nouvelle floraison.
  • G L'engrais à libération lente pour rosiers est utilisé à l'automne, après la dernière floraison. Cela permettra à votre plante d'emmagasiner de l'énergie pour les mois froids.

Ensuite, il y a le La règle de la "moyenne"... Cela dépend aussi du climat, de la fertilité du sol, etc. mais, "en moyenne"...

  • Nourrissez votre rosier une fois par mois au printemps.
  • En été, nourrissez votre rosier toutes les 2 à 3 semaines.
  • Diminuer progressivement à l'automne après la dernière floraison et cesser en hiver.

Cela vous donne une idée globale de l'évolution de l'alimentation tout au long de l'année. Si votre sol est sain et fertile, vous pouvez réduire l'alimentation. Au contraire, vous devrez nourrir plus souvent ou plus généreusement si votre sol est pauvre en éléments nutritifs.

Comment et quoi nourrir vos rosiers grimpants ?

Utilisez toujours un engrais organique. C'est la règle essentielle. Pour être honnête, peu de jardiniers professionnels utilisent des engrais chimiques de nos jours, et encore moins lorsqu'il s'agit de roses. Ils sont utilisés dans les cultures intensives et extensives, comme pour les roses coupées, mais rarement pour les jardins.

Tout engrais à base de compost, complet, riche et mûr, suffit pour l'alimentation de routine. Mais vous pouvez Utilisez un engrais liquide organique si vous avez besoin d'une libération et d'une absorption rapides des nutriments. En fait, si vous voyez que votre plante est "affamée" ou si elle a subi un stress et que vous voulez lui donner un coup de pouce rapide, utilisez de l'eau d'ortie ou tout autre engrais liquide similaire.

Les amateurs ne jurent que par le marc de café usagé (pas frais !) et les peaux de banane éparpillées sur le sol.

Je suggère engrais organiques spécifiques aux roses Si vous n'avez pas de tas de compost, il en existe de nombreux sur le marché, et ils sont spécialement conçus pour la fleur la plus aimée au monde.

Le rapport NPK pour les roses est généralement de 4-6-4 ou 4-8-4. Cependant, vous pouvez également trouver des produits similaires (à faible concentration, comme le 3-2-4). Les engrais riches en phosphore peuvent vous aider si la floraison est décevante. En effet, cet élément fait fleurir les bottes.

Enfin, redonner les feuilles séchées à la rose... Lorsque les feuilles tombent, elles sont destinées à nourrir le sol, et les feuilles sèches de toute plante sont le meilleur moyen de nourrir le sol avec ce dont il a besoin...

Roses grimpantes et maladies

Les roses sont sujettes aux maladies, qu'elles soient grimpantes ou arbustives. Certaines variétés sont plus saines que d'autres, en particulier les espèces naturelles. De nombreux cultivars sont assez faibles, mais pas tous...

Ne paniquez pas si votre rosier est atteint d'une maladie ! Faites un tour dans les jardins de vos voisins et je parie que vous aurez du mal à voir un seul rosier sans aucune maladie !

Le problème est que lorsque le La maladie devient incontrôlable ou plusieurs plaintes surviennent en même temps. Mais ne vous culpabilisez pas si cela vous arrive ; j'ai vu une rose dans un parc célèbre avec 5 affections différentes ! Cela arrive donc même aux professionnels !

Voici quelques-uns des cas les plus fréquents et ce qu'il faut faire...

Vérifiez toujours les feuilles de votre rosier !

Les feuilles de rose tombent très facilement malades ; elles sont une source d'inspiration pour les enfants. indicateur de la santé générale de la plante. Une certaine maladie des feuilles est normale, voire attendue sur un rosier, mais gardez l'œil ouvert - si elle s'aggrave, c'est que votre compagnon vert est en train de se dégrader.

La tache de la feuille de rose et comment la traiter

La tache des feuilles de rosier est causée par un champignon appelé Diplocarpon rosae. Elle est très courante et se remarque par des taches sombres, presque noires, sur les feuilles, qui jaunissent ensuite et meurent. Lorsqu'elle s'aggrave, elle peut constituer un grave problème pour votre rosier.

Tout d'abord, le problème peut venir de l'environnement. L'excès d'humidité et le manque d'aération sont souvent en cause. Vous pouvez tailler le rosier pour lui donner de l'air frais...

Pour Pour traiter les taches de la feuille de rose, pulvériser les feuilles avec de l'huile de neem. Répétez l'opération autant de fois que nécessaire.

La rouille du rosier et son traitement

La rouille du rosier est un autre problème foliaire courant... Vous remarquerez des taches rouges sur la feuille qui ressemblent à de la rouille. Elle est causée par un champignon appelé Phragmidium tuberculatum ou des espèces apparentées.

Ce n'est pas aussi grave que les taches des feuilles de rose et c'est très courant, surtout au printemps et en été. Les feuilles tomberont à la longue mais la plante n'en souffrira pas excessivement.

Vaporisez de l'huile de neem sur la plante pour traiter la rouille des roses. Encore une fois, faites-le le soir et répétez l'opération autant de fois que nécessaire.

L'oïdium et son traitement

L'oïdium se présente sous la forme d'une poudre blanche sur les feuilles, les pétioles, les tiges et parfois jusqu'aux fleurs. Il est causé par un champignon appelé Podosphaera pannosa. Il est causé par une humidité excessive, et il est fréquent lorsque et où l'été et l'automne sont humides.

Vous pouvez traiter l'oïdium en vaporisant de l'huile de neem sur la plante. Encore une fois, faites-le le soir car l'huile de neem peut brûler les feuilles de votre rosier au soleil. Vous voudrez aussi tailler les branches trop atteintes.

Tache foliaire du rosier, rouille du rosier et oïdium : comment les empêcher de se propager

Vous remarquerez que ces maladies fongiques se propagent et ont tendance à rester dans votre jardin et sur vos roses pendant de longues années. Ramassez les feuilles et les branches atteintes que vous avez taillées, ou celles qui sont mortes, et brûlez-les ! Si vous les laissez sur le sol ou à proximité des plantes, elles se multiplieront et se propageront à vos plantes grimpantes les plus prisées !

Ne mettez pas les feuilles atteintes dans le tas de compost. Vous risquez de propager les maladies à un nombre croissant de plantes. Seuls les experts en compostage très expérimentés savent comment éviter cela...

Mouches vertes (pucerons) et comment les traiter

Les pucerons, ou mouches vertes, aiment les roses ? Vous les trouverez sur presque tous les rosiers du monde... Quelques-uns n'endommageront pas vraiment votre rosier, mais ils se reproduisent rapidement et lorsqu'ils sont nombreux, ils affaiblissent votre rosier. Les conséquences typiques sont une floraison moins abondante, une croissance plus lente, etc.

Vous savez que les choses vont mal lorsque vous regardez sous les têtes de fleurs et qu'elles sont tassées. Vous savez que les choses vont mal lorsque vous voyez les têtes de fleurs se plier. C'est parce que les pucerons sucent tellement la sève de votre plante qu'elle ne peut pas garder la tige droite !

Les pucerons sont naturellement contrôlés par des prédateurs comme les coccinelles et d'autres coléoptères. Ils sont vraiment très doués pour cela. L'année prochaine, essayez donc de les encourager dans votre jardin. Mais pour l'instant...

  • Faire macérer quelques gousses d'ail dans de l'eau pendant 48 heures, dans un récipient hermétique.
  • Si vous voulez le rendre plus fort, ajoutez quelques piments.
  • Pulvérisez abondamment vos roses.

Répétez l'opération toutes les deux semaines et à chaque fois qu'il pleut. Ne vous inquiétez pas de l'odeur, elle disparaîtra dans la journée qui suit la pulvérisation et vos roses seront plus parfumées que jamais !

Le chancre du rosier et son traitement

Le chancre de la tige du rosier se présente comme des tiges ou des cannes noires, ou d'un brun très foncé. Elle affecte souvent une canne coupée ou une jeune canne du sommet jusqu'à un nœud.

Elle est également causée par un champignon, en fait un genre entier de champignons appelé Coniothyrium spp. Ceux-ci pénètrent dans la plante par des coupures, par exemple lorsque vous les taillez ou lorsqu'une canne se brise.

Pour traiter le chancre de la tige du rosier, prenez des lames stériles et enlevez la partie entière. Veillez à ne pas dépasser la zone affectée. Vaporisez ensuite de l'huile de neem sur la plaie et sur la canne pour empêcher la propagation.

Encore une fois, brûler les parties malades.

Les cicatrices de l'églantier et leur traitement

La cicatrisation du rosier ou de la tige est fréquente ; elle se manifeste par des cicatrices gris brunâtre le long des tiges de votre rosier. Dans la plupart des cas, elle n'est pas menaçante en soi, mais elle affaiblit la plante et donne des points d'accès à des agents pathogènes comme les champignons.

Elle est causée par les épines de la rose ! Lorsque les cannes bougent dans le vent, elles finissent par se couper entre elles. Pour l'éviter, Taillez votre rosier de manière à ce que les tiges ne se frottent pas et fixez soigneusement les tiges au support.

Si un La canne est tellement abîmée qu'elle est presque en train de se casser, coupez-la.

Pour plus de sécurité, vous pouvez pulvériser un fongicide naturel, comme l'huile de neem, sur les plantes gravement atteintes.

Vous êtes désormais un véritable expert en rosiers grimpants !

Je vous avais dit qu'il y avait beaucoup à apprendre sur les rosiers grimpants ! Vous conviendrez maintenant qu'il s'agit de tout un métier, d'une discipline ou même d'un art ! Merci d'être resté avec moi pendant tout ce temps et j'espère que vous avez beaucoup appris.

Bien sûr, vous ne pouvez pas vous souvenir de tout maintenant, mais comme je l'ai dit, mettez cette page dans vos favoris et je serai là pour vous aider à chaque fois que vous aurez besoin de moi !

Timothy Walker

Jeremy Cruz est un jardinier passionné, un horticulteur et un passionné de la nature originaire de la campagne pittoresque. Avec un sens aigu du détail et une profonde passion pour les plantes, Jeremy s'est lancé dans un voyage de toute une vie pour explorer le monde du jardinage et partager ses connaissances avec les autres via son blog, Gardening Guide And Horticulture Advice By Experts.La fascination de Jeremy pour le jardinage a commencé pendant son enfance, alors qu'il passait d'innombrables heures aux côtés de ses parents à s'occuper du jardin familial. Cette éducation a non seulement favorisé l'amour de la vie végétale, mais a également inculqué une solide éthique de travail et un engagement envers les pratiques de jardinage biologique et durable.Après avoir obtenu un diplôme en horticulture d'une université renommée, Jeremy a perfectionné ses compétences en travaillant dans divers jardins botaniques et pépinières prestigieux. Son expérience pratique, associée à sa curiosité insatiable, lui a permis de plonger profondément dans les subtilités des différentes espèces végétales, de la conception des jardins et des techniques de culture.Animé par le désir d'éduquer et d'inspirer d'autres passionnés de jardinage, Jeremy a décidé de partager son expertise sur son blog. Il couvre méticuleusement un large éventail de sujets, y compris la sélection des plantes, la préparation du sol, la lutte antiparasitaire et les conseils de jardinage saisonniers. Son style d'écriture est engageant et accessible, rendant les concepts complexes facilement assimilables pour les jardiniers novices et expérimentés.Au-delà de sonblog, Jeremy participe activement à des projets de jardinage communautaire et organise des ateliers pour donner aux individus les connaissances et les compétences nécessaires pour créer leurs propres jardins. Il croit fermement que se connecter avec la nature à travers le jardinage est non seulement thérapeutique mais aussi essentiel pour le bien-être des individus et de l'environnement.Avec son enthousiasme contagieux et son expertise approfondie, Jeremy Cruz est devenu une autorité de confiance dans la communauté du jardinage. Qu'il s'agisse de dépanner une plante malade ou d'offrir l'inspiration pour la conception de jardin parfaite, le blog de Jeremy sert de ressource incontournable pour les conseils horticoles d'un véritable expert en jardinage.